De l’éthique de l’éducation en Afrique : sur les traces de Joseph Ki-Zerbo

Issaka Yameogo

Éthique minimale, individualisme et éducation à l’autonomie

Numéro 10, hiver 2021

URI : https://id.erudit.org/iderudit/1076822ar

DOI : https://doi.org/10.7202/1076822ar

Peut-on former des individus et des sociétés autonomes, responsables et utiles
pour le développement de leurs communautés par une école exogène?
L’œuvre éducative de l’intellectuel africain Joseph Ki‑Zerbo aborde cette
problématique majeure de l’éthique en éducation. À travers la question du
sens de l’école coloniale à l’aune du paradigme du développement de l’Afrique,
Joseph Ki‑Zerbo s’inscrit dans la perspective d’une éthique des systèmes
éducatifs par-delà la question des moyens pédagogiques et le rôle des acteurs
en faveur d’une école juste et équitable pour tous. Après une exégèse de
l’éducation originelle africaine dont le mérite consistait à former l’homme
social en phase avec les besoins de sa société, il présente l’école héritée de la
colonisation comme un fléau culturel et socioéconomique pour l’Afrique. Pour
se développer et édifier une école endogène, les pays africains doivent
s’inspirer des valeurs de leur passé éducatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.