Joseph Ki-Zerbo, un érudit épris de liberté politique

L’intellectuel africain et opposant burkinabè Joseph Ki-Zerbo est décédé lundi matin à son domicile de Ouagadougou des suites d’une maladie. A 84 ans, cet agrégé d’Histoire a connu l’une des plus longues carrières politiques commencée dans les années 50.

De notre correspondant au Burkina Faso

Historien ou homme politique ? Il est difficile de définir le professeur Joseph Ki-Zerbo tant l’homme s’est illustré dans l’un ou l’autre métier.  Premier agrégé africain d’histoire, Ki-Zerbo a en effet consacré plus de 50 ans de sa vie à la politique, le plus souvent dans  l’opposition.

Né en 1922, originaire de Toma dans la province du Nayala (centre-ouest du Burkina), Ki-Zerbo se lance très tôt dans la politique. En 1958, il crée avec d’autres camarades africains comme le Sénégalais Cheick Amidou Kane ou le Béninois Albert Tévoédjré sa première formation politique, le Mouvement de libération nationale (MLN). Au référendum sur la création d’une communauté française organisé la même année dans les colonies africaines de la France par le général de Gaulle, le MLN est l’un des rares partis à battre campagne pour le non, c’est-à-dire pour l’indépendance immédiate.

Lire la suite sur RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.